01 juillet 2012

Les papas du dimanche - François d'Epenoux

papas

Il est des moments où l'on a juste envie de lire. Au détour d'un point presse, une couverture de bouquin vous attire... La boulimie de lecture remonte à la surface, et il suffit de quelques secondes pour faire connaissance avec le résumé. Allez, emballé c'est pesé, on prend. Bien ou pas bien, on verra bien, à première vue le tout semble accrocheur. Bingo, voici un roman qui m'est allé droit au coeur.

Le 5e ouvrage de François d'Epenoux dépeint un sujet de société, un drame contemporain : la situation des papas divorcés. Le divorce vu côté père, sans cliché, ce n'est pas si courant. La nostalgie d'un temps révolu, l'apprentissage (et l'acceptation) d'une vie différente, à Suresnes. Voyons voir...

Le narrateur (dont ne connaît ni le prénom, ni le métier, ni les passions, mais ce n'est pas ce qui nous importe), quadragénaire en bonne santé, a la garde de ses enfants un week-end sur deux, et la moitié des vacances. Il parle en son nom, utilisant le "Je" qui fait que l'on se sent proche de lui.

"Bienvenue à Dimanche-Land".

Rabrouée, la vie sereine et ordonnée du couple et des 3 enfants vivant sous le même toit. La femme est partie avec le meilleur ami. Anéanti, notre papa cherche à se reconstruire, sans jamais perdre pied, malgré toute l'amertume ressentie. Il faut dépasser la colère, la rancune, ne pas adopter une gaieté triste face à la romance révolue de "Petit Ours Brun et Boucle d'Or". Ne rien laisser transparaître, surtout pas devant les enfants. Plein de bonne volonté, un peu maladroit, ce papa "à temps partiel", "qui improvise" et se dit modestement "amateur", fait ses armes. Il s'agit là d'un père "qui rame, qui rit et qui pleure", nous prévient l'auteur sur la 4e de couverture. Il est surtout bourré d'énergie et plein d'entrain devant un bonheur si fragile et éphémère. Chapeau.

Le défi à relever ? Faire un maximum de choses en un minimum de temps - du petit déjeuner à la douloureuse séparation du dimanche soir - à savoir : éduquer ses enfants (au travers d'une "pédagogie accélérée"), les voir grandir, leur transmettre les bonnes valeurs, amasser le maximum de fous rires et de moments heureux. Accumuler les anecdotes. Goûter chaque minute la présence de son "grand" et de ses deux "chipies". Donner de l'amour, en recevoir.

Il fait du mieux qu'il peut, ce papa, face au temps qui est compté, qui fait la course le week-end et se fait long les 12 jours suivants. Il faut gérer les repas, les devoirs, les sorties, le bain, les chamailleries, l'achat et la décoration du sapin de Noël... et constamment garder la tête haute, faire semblant d'assurer, même si le spectre du retour chez la maman rôde, parce qu'un papa, c'est bien connu, "c'est puissant". Quand vient le moment des au-revoir, l'étau se resserre... notre "héros" redevient un papa solitaire... "un papa blessé qui cicatrice mal". Parce qu'il n'y a pas que les midinettes qui pleurent...

Beaucoup d'ironie et de tendresse dans ce livre, de la complicité, entre un père et ses trois petits monstres avec qui il tente d'estomper la distance. Un roman très touchant, qui prend aux tripes, via une écriture fluide et vraie, emplie de pudeur.

Posté par actulitterature à 18:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Les papas du dimanche - François d'Epenoux

  • Je ne connais pas du tout, mais ce thème m'intéresse beaucoup, je jetterai un coup d'oeil sur ce roman.

    Posté par Liliba, 16 août 2012 à 18:19 | | Répondre
Nouveau commentaire